Analyse du marché étudiant par Lionel PANCRAZIO

Les tensions sur les Finances de l’État rendent nécessaire un fléchage des ressources financières privées vers les besoins essentiels de la nation. Le logement étudiant est un sujet majeur dans la mesure où il conditionne la capacité à former nos jeunes et leur devenir.
 
Au sein des villes le marché de l’emploi n’a cessé de se spécialiser vers les secteurs de l’économie qui demandent le plus de qualifications : "la géographie de l’ascension sociale" est devenue dépendante des universités et des emplois urbains.
 
Le logement étudiant permet de proposer au plus grand nombre possible de jeunes, de se former et d’exercer en France au sein des meilleures universités et écoles situées bien souvent au coeur des villes.
 
Dans la mesure où les métropoles se partagent le rôle de délivrance des diplômes les plus attractifs et des
opportunités d’emplois qualifiés, l’accès par les jeunes y est primordial. Dans sa note d’analyse (n°36 de novembre 2015), France stratégie constatait : ‘Les chances d’ascension sociale des individus d’origine populaire varient du simple au double en fonction de leur département de naissance : la condition principale en est l’accès à l’enseignement supérieur.
 

L’évolution des étudiants et de leurs formations réalisées en présentiel mais aussi avec des périodes en entreprises, au sein d’universités ou d’écoles partenaires et le développement des enseignements à distance (Massive Open Online Course ou cours en ligne ouvert et massif) renforce leur mobilité.

Une gestion professionnelle est encore plus nécessaire pour assurer le remplissage et la fluidité entre les occupants, mais aussi maîtriser dans le temps les charges et l’obsolescence du bien.

La gestion en immobilier d’un bien d’usage par opposition à un simple bien locatif ou d’investissement est une tendance de fond qui utilisera pleinement les ressources issues de la révolution numérique (ou digitale) et ne devra pas oublier la nécessaire transition environnementale.
 
Une ville attractive avec une croissance démographique et un besoin en renouvellement de son parc immobilier, sans une trop forte corrélation à la seule population étudiante, constitue un profil d’investissement de nature à optimiser le couple risque/rendement.
 
Le sérieux, les compétences et la bonne coordination entre tous les intervenants (prospecteur foncier, promoteur, bailleur, constructeur et gestionnaire exploitant) de la chaîne de valeur immobilière sont ensuite nécessaires pour proposer un produit d’investissement aux particuliers.
 
Lionel PANCRAZIO, Enseignant & chercheur à l’Enpc, Hec, l’Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 13 et Reims

Cet article est issu de la Cerinews N°31 sept./oct./déc. 2017

En savoir plus sur l'obsolescence en immobilier