L’immobilier géré s’ouvre à la pierre-papier

Fonds actions sociétés financières, fonds actions entreprises familiales, fonds actions nouvelle économie, fonds actions matières premières… L’industrie financière ne cesse de segmenter son offre afin de répondre au plus près aux convictions et attentes des investisseurs.

Parallèlement, l’investissement immobilier repose bien souvent sur une approche beaucoup plus massifiante. Il est coutume de dire qu’on investit dans l’immobilier… Mais quel immobilier ? Dans le domaine de l’immobilier collectif (Pierre-Papier), le critère d’analyse se limite bien souvent aux seuls rendements annoncés. Comparer le rendement d’une SCPI détenant des actifs résidentiels Parisiens et celui d’une SCPI constituée d’actifs tertiaires en province, cela fait-il vraiment du sens si l’on tient compte de l’obsolescence et de la volatilité des marchés sous-jacents ?

C’est pourtant souvent le cas, on compare l’incomparable dans le domaine immobilier…

La loi Macron d’août 2015 a autorisé le développement d’un nouveau type d’OPCI, les Fonds d’Investissement en Location Meublée (OPCI FILM), qui va contribuer à la segmentation de l’immobilier collectif.

L’OPCI LF CERENICIMO +, est le premier fonds Meublé Multi-Secteurs. Il mettra en œuvre une stratégie d’investissement singulière visant à diversifier et pérenniser son rendement au travers d’une très forte mutualisation des acquisitions.

Il bénéficiera des avantages de l’immobilier géré que sont le rendement et la stabilité locative à long terme, tout en s’appuyant sur des actifs à obsolescence lente et bénéficiant le plus souvent d’une définition très proche de l’immobilier résidentiel.

Au-delà de ses qualités intrinsèques, LF CERENICIMO+, offre à ses souscripteurs un cadre fiscal privilégié. Il permet en effet de bénéficier des avantages fiscaux de la location meublée au travers d’un véhicule collectif. Ce mécanisme permet au souscripteur de conjuguer une détention directe des parts de l’OPCI tout en bénéficiant d’une fiscalité « light » sur le rendement délivré par ce dernier.

Cet article est issu de la Cerinews N°30 avr./mai/juin 2017