Résidences Affaires : une part de marché croissante

L’hôtellerie traditionnelle compte plus de fermetures que d’ouvertures. Parallèlement, les Résidences Affaires affichent des taux d’occupation 10 à 20 % supérieurs et représentent déjà 10 % du parc. Pourquoi cette progression ? Explications.
 
De nouvelles pratiques professionnelles
Nombre de bureaux, agences et succursales ferment à mesure que se développent nomadisme, coworking, télétravail, etc. Comme je ne suis plus sur place avec mes collègues ou mes clients, ces nouveaux modes de travail entraînent paradoxalement une mobilité accrue pour garder le lien : séminaire, événements, etc. Simultanément, s’effacent donc partiellement les frontières bureau/domicile, vie professionnelle/vie privée, et parfois même, travail/détente. Les jours de déplacement, ce « domicile-bureau » s’inscrit donc logiquement dans l’offre des appartements Affaires.
 
La résidence Affaires nouvelle génération
L’appart’hôtel s’est développé en offrant, pour un coût inférieur, d’avantage d’espace : coin cuisine et meilleure accessibilité. L’Affaires nouvelle génération dépasse donc le cap résidentiel pour s’inscrire dans une dimension domicile bureau-détente : véritables appartements à vivre, espaces de travail (études, réunions, rdv), et détente (fitness, sauna, piscine). Une évolution salutaire pour l’investisseur car un sous-jacent plus résidentiel signifie obsolescence lente, résilience, valorisation et convertibilité.
 

Une évolution qui permet aussi de dépasser la clientèle « pro », raison pour laquelle développements et beaux taux d’occupation (remplissage mixte, périodes mixtes) proviennent de gestionnaires Affaires et Loisirs comme Nemea ou Staycity.

Un modèle profitable, gage de pérennité locative pour l’investisseur.
 
Quelles opérations retenir ?
Concrètement, voici trois projets représentatifs des déclinaisons possibles. Européa, résidence 4**** urbaine, dédiée aux visiteurs des 1000 entreprises d’Inovel Parc Vélizy et … à ceux de Versailles en complément weekend. Le Domaine du Golf, 4**** de Val d’Europe, orienté business (19.000 entreprises), congrès (900 événements) et loisirs (Disneyland…). Les Gardians, lui aussi 4****, profitant et partie prenante de l’unité de lieux du Village Camarguais, site emblématique retenu tant par les entreprises que les particuliers. Ces trois opérations, très singulières, répondent chacune à des attentes différentes avec des budgets de 57 000 € HT à 226.000 € HT et des rendements de 4,20 % à 5% HT/HT.
"Mieux qu’à l’hôtel, mieux que chez les autres" Tel pourrait être le slogan des Résidences Affaires qui profitent des limites de l’hôtel traditionnel et des platesformes communautaires.
Cet article est issu de la Cerinews N°31 sept./oct./déc. 2017