Tourisme et conjoncture

Un marché particulièrement résistant aux aléas économiques et géopolitiques

 

Les années 2008 et 2009 ont été, sur le plan économique, marquées par une crise de premier plan et par une instabilité géopolitique particulièrement forte. Dans ce contexte, le marché du tourisme a affiché une très bonne capacité de réaction.

En écoule alors :

  • Une baisse du nombre de touristes internationaux en provenance des destinations lointaines.
  • Une large augmentation des touristes intra-Européens pour qui le territoire national est une destination de proximité.
  • Un même phénomène a pu être observé de la part de nos concitoyens qui ont, pour leurs vacances, privilégié l’Hexagone. Un repli sur le territoire national des touristes français face à une demande internationale instable.

 

   

Conclusion

Les structures touchées par la crise sont principalement celles privilégiées par une clientèle internationale  (non-européenne). Celles ciblant un public national ou européen ont particulièrement bien résisté aux turbulences grâce à d’importants transferts de clientèle.

 

 

 

 


L'impact de la crise sur les comportements touristiques

 

En dépit de ces conclusions favorables, le contexte récent est à l’origine d’une modification des comportements
touristiques :

 

  • Limitation des dépenses accessoires et du poste loisirs payants (restaurants, sorties…) pour conserver la durée du séjour
  • Recherche de tarifs abordables
  • Augmentation des départs hors saison
  • Réservation très longtemps à l’avance
  • Voyages dernière minute
  • Formules « tout compris »
  • Vols « low cost »

 

   

Conclusion

Plus que la conjoncture elle-même, c’est la capacité d’adaptation des acteurs qui détermine leur succès. Les formules affichant un excellent rapport qualité / prix ont pu largement tirer leur épingle du jeu.